jeudi 11 septembre 2008

Facebook/Edvige: même combat

Le grand sujet d'inquiètude actuel. Le fichier Edvige. Qui soi-disant serait une atteinte à nos libertés, à nos vies privées.
De un il existe officieusement depuis longtemps, comme l'ont relayé tous les quotidiens, et de deux Facebook remplit déjà ce rôle, tous comme les blogs.

Je ne voulais pas aller sur Facebook lors de ses premiers mois. Puis j'ai cédé, j'ai créé mon profil, renseigné toutes les cases même si je n'avais pas à le faire. J'aime mettre des réponses originales, les changer régulièrement, même si je sais que personne ne les lis.

J'ai du culminer à quelques 120-140 friends. En tapant tous les noms que j'avais en tête depuis mon CP. J'ai du envoyer un message à 3 ou 4 d'entre eux, en recevoir 0, sauf en réponse des miens. Et encore.

Et puis la période enquête/voyeurisme a commencé. Chacun offrant sa vie sur un plateau, à coups de photos et super-wall, je ne pouvais m'empêcher de regarder. Surtout quand je n'avais pas de réponse à un mail. Je regardais si le destinataire avait eu une activité récente depuis mon envoi, pour voir s'il/elle avait lu mon message. Et dans 100% des cas, oui.

Alors j'ai commencé à maudire Facebook, et à écrémer ma liste de Friends. Je suis descendu à une vingtaine, puis je suis aujourd'hui à à peine 10. Et à 7 dans ma liste de contacts MSN.

Je fais régulièrement cette opération, dans mon répértoire téléphonique, dans MSN, dans Facebook.
Les gens ne me contactent pas, et j'attends trop d'eux.

Je donne, je prends des nouvelles, obtiens un quart de réponse, des "j'ai pas l'temps de parler", "c'est pas mon ordi j'peux pas rester", etc.

J'attends l'amour, l'amitié, l'affection, l'aide, les rires.

Et je n'ai rien.
Donc que personne ne s'étonne le jour où je serais mort de solitude et de folie.
Vraiment.

1 commentaire:

SOMNO a dit…

Ah mon salud... Je t'ai envoyé un lien pour dL la Kid Capri, t'as pas été foutu de me répondre.

Le pire, c'est que je fréquente régulièrement ton antre (bcp de points communs alors qu'on s'est pris la gueule pas mal de fois à l'époque de 90 sur ds sujets à la con mais "super ficiel", comme quoi), et que je me dis depuis qq jours "faut que je lui laisse un msg". Du coup, je le fais ici : le jour où tu passes par Paris, fais signe, histoire de tailler une bavette et que je te paye un paquet de Prince à défaut d'une bière.

Sérieusement.